Rencontre avec…

Une ville, un lycée des livres 2018-2019

 

Rencontres avec Marc-Alexandre Oho Bambé, dit Capitaine Alexandre

lauréat du prix littéraire

 

2019 : année sous le signe de la poésie pour le lycée Cornat, à travers son « coin des poètes » et la seizième édition de son partenariat culturel avec la ville de Valognes « une ville, un lycée, des livres ». La poésie contemporaine en était la thématique.

Le prix littéraire proposait à la lecture seize poètes, locaux et nationaux, et non des moindres (Christian Bobin, François Cheng, Laurent Gaudé, Werner Lambersy … ).

A l’issue des tables rondes et de la rencontre des jurys lycéen et adulte, le prix littéraire a été attribué à Marc-Alexandre Oho Bambé, dit Capitaine Alexandre, pour son recueil « De terre, de mer, d’amour et de feu »

 photo1photo2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marc-Alexandre Oho Bambé est un poète slamer, ou « poète tambour, troubadour, ménestrel » comme il aime à se définir, lauréat du Prix Paul Verlaine de l’Académie française (2015) et Chevalier de l’Ordre National du Mérite (2017).

Que ce soit dans sur scène, en musique et slam, au sein du collectif « On a slamé sur la lune » qu’il a créé en 2006 (collectif d’artistes), dans ses recueils publiés, dans ses interventions culturelles et ses rencontres avec les jeunes, partout il porte une parole poétique engagée, humaniste, attentive au monde et aux hommes,

C’était donc une belle chance et un honneur pour le lycée et la ville de Valognes que de le recevoir

 

Mardi 23 avril , 14h, dans la salle de réunion du CDI du lycée,

première rencontre-atelier poésie avec une quinzaine d’élèves de la classe de 2de9 et leur professeur de français Isabelle Evenard.

photo3

Après avoir répondu à quelques questions d’élèves, le poète leur demande de répondre à leur tour, avec leurs mots et les images qui leur viennent, à ces questions dont la réponse est inépuisable : qu’est-ce que la poésie ? et Qu’est-ce que le slam ?

photo4

Les mots sont notés au fur et à mesure pêle-mêle au tableau blanc par Gaëlle Rauche « femme poète » et slameuse, elle aussi membre de « On a slamé sur la lune », et qui l’accompagne en cette occasion.

photo5

Puis les élèves sont invités à se lever, à choisir chacun l’un des mots, à l’habiter et à le donner, à le dire avec conviction chacun à son tour, sans laisser retomber le rythme. Le premier slam de l’atelier vient de naître. Les deux poètes enchaînent en donnant chacun un poème slamé qui les présentent.

 

Une fois mis en cet « état de poésie », il devient simple de faire prendre conscience aux élèves que le slam n’est pas un genre poétique, mais une manière de dire et de partager le poème, comme un cadeau que l’on s’offre aux uns et aux autres. Pour preuve ultime, Marc Alexandre Oho Bambé slame le poème « La beauté » de Baudelaire.

 

Vient ensuite un temps d’écriture, avec comme ouverture « A quoi sert la poésie ? » et comme contrainte formelle d’y répondre par un quatrain, en allant puiser dans ses images et passions intérieures et singulières. Pour cela, le silence est requis.

photo6

L’écriture dure un peu plus de dix minutes, puis collectivement – en croisant les voix – ou individuellement au sein d’un groupe de 3, chacun offrira son texte .

La séance se clôt sur un dernier slam collectif où chacun donne un vers, son « dernier vers avant la fin du monde ».

Le groupe, studieux, était assez timide et silencieux. Mais quelques élèves s’attardant après la séance pour remercier du moment suffisent à dire le plaisir éprouvé.

 

Mardi 23 avril, 18h, salon Marcel Audouard, hôtel de ville de Valognes.

Magnifique moment de poésie et de musique avec le concert « opéra slam baroque » intitulé comme le recueil « De terre, de mer, d’amour et de feu », que nous offrent Marc-Alexandre Oho Bambé et son ami musicien Alain Larribet.

photo7

Rythmes, mots scandés du poète, sons nés d’instruments rares ou exotiques, se marient ou se succèdent pour charmer un public – dont huit lycéens – qui s’en souviendra longtemps.

photo8photo9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo10photo11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suivent la réception et les discours officiel :

photo12

Quatre lycéens, Corentin, Ophélie, Geoffrey et Élisa, en adossant leurs mots et leurs émotions à ceux du poète, auront une première occasion de lui dire le plaisir qu’ils ont eu à le lire.

photo13

Séance de dédicace et buffet dînatoire clôturent cette première et très belle journée.

photo14

 

Mercredi 24 avril, 9h30.

Retour au CDI pour un deuxième atelier-slam avec l’autre partie de la classe de 2.9.

Sur le même principe, avec quelques variantes, que la veille mais dans une autre énergie. Groupe moins timoré, plus vif, mais accueillant bien volontiers cette expérience un peu curieuse et déstabilisante, récréation venant interrompre la séance, le poète et son acolyte s’adaptent, et font de ces aléas qui pourraient être des obstacles des éléments constitutifs de l’atelier. Tout est matière à poésie, même une récréation et la faim de 10h.

photo15

Mercredi 24 avril, 11h30

C’est au tour du jury et des poètes lycéens d’avoir une heure privilégiée avec le lauréat.

Tous ont lu et apprécié le recueil « De terre, de mer, d’amour et de feu ». Beaucoup écrivent aussi, et Marc-Alexandre Oho Bambé a déjà pu découvrir leur poèmes exposés dans la petite chapelle.

Les questions sont nourries de leur expérience et de leur lecture, les réponses qu’ils reçoivent riches, passionnantes et passionnées, à la hauteur de leurs attentes. Les lycéens offrent en lecture leurs propres poèmes, les échanges sont réciproques. C’est un très beau moment de partage dont le maître mot restera « Osez ! », en suivant l’injonction de René Char, révélatrice pour le poète de son chemin de vie :« Tu es pressé d’écrire/Comme si tu étais en retard sur la vie/S’il en est ainsi fais cortège à tes sources/Hâte-toi/Hâte-toi de transmettre/Ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance. »(extrait de Commune présence)

 

Marc-Alexandre est reparti vers la Bretagne pour d’autres publics, d’autres partages. Il laisse ici le souvenir de l’une des plus belles rencontres qu’il nous aient été donné de faire.

Merci

 photo16photo17